BIENVENUE SUR CE JOURNAL

Augé, petit village situé dans la région Poitou-Charentes, dans le département des Deux Sèvres.
Ce village est localisé à 19 km du Nord-Est de Niort, la plus grande ville aux alentours.
Ses 964 habitants, (selon l'Insee sur le recensement de la population 2014), sont appelés les augéennes et les augéens.

Bonjour à toutes et à tous.


J'ai mis en place ce blog afin de faire partager toutes informations, actualités, etc... en toute transparence, liées notamment à la commune d'Augé.

Au "travers" du bulletin, la Ligueure




 Au "travers" du bulletin, la Ligueure
(31 janvier 2013)


Tout d'abord, je voulais informer l'équipe municipale dirigée par le Maire, que cela fait déjà un an que ce blog est ouvert. Cela fait également un an que les sujets embarrassants aux yeux du public sont débattus et traités après mon départ, à la clôture des réunions de conseil. Face à ce constat, j'ai aujourd'hui la certitude que la vérité affichée sur ce blog est très inconfortable pour cette équipe et que je suis une personne qui dérange un peu trop semble t-il. En clair, le public on en veut pas !!! 

Seulement voilà! Pas de contribuables, pas d'argent à dépenser! Je devrais dire plutôt, pas d'argent à gaspiller...Rendre des comptes, c'est une obligation et même si ça vous dérange, mesdames et messieurs, du conseil municipal.

Dès la première réunion, j'avais déjà compris que certains sujets devaient être traités loin des yeux et loin des oreilles. Le chef n'aime pas les contribuables trop curieux. Les informations d'ordre financières publiées sur le quotidien familier au Maire, sont pour la majorité, différentes de celles annoncées en ma présence. Surprenant non!!! Pensaient-ils peut-être que j'allais m'engouffrer bêtement dans leur petit manège... Pour des élus (es) si "nobles", on constate un état d'esprit assez limité pour agir de la sorte. Alors soyez rassurés encore une fois, je ne baisse pas les bras aussi facilement.


&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&


Les vœux "sincères" présentés par le Maire et son équipe municipale sont d'un degré d'hypocrisie qui me fait doucement rire, dans la mesure ou il y a vraiment un manque de transparence volontaire des dépenses de l'argent des contribuables notamment liées en partie à la construction d'une salle appelée "multi-activités" tout à fait en contradiction avec le développement durable, la maitrise de l'énergie, ... et les génération futures.

Franchement, si les subventions demandées sont réellement accordées (chose qui n'est pas encore prouvée), c'est que cet usage laisse apparaître que l'argent des contribuables est vraiment dépensé sans aucun contrôle à une échelle nationale. Cela pourrait sous entendre qu'une pratique du faux et usage de faux sommeillerait derrière le dos des administrés. S'il vous plaît Madame le Maire, arrêtez de faire la morale aux autres sur le gaspillage et le non-respect de la planète envers les générations présentes et futures (surtout devant un micro pour les vœux, selon un quotidien...).

Des fenêtres, un investissement idéal et très écologique...Vous savez? Vous en avez en PVC sur une de vos maisons au pied de l'église... (Ah j'oubliais! Encore un passe-droit!…).

Que vous ne me respectiez pas, c'est une habitude chez vous et je m'y suis habitué depuis très longtemps. Mais soyez au moins respectueux des administrés et arrêtez de mentir mesdames et messieurs du conseil municipal pour oser prétendre que tout ce déroule bien concernant la construction de la salle. Ayez l'honnêteté et le courage d'informer la population que l'entreprise du gros œuvre est en liquidation judiciaire depuis le 26 décembre 2012 et que tout n'est pas terminé. 

Une honte d'avoir berné et souillé les contribuables de la sorte en connaissance de cause. Une honte pour oser écrire " nous devrons pendant des années investir avec parcimonie". Mais je vais y revenir plus loin...

La salle multi-activités, j’estime que par correction et respect envers les citoyens, il aurait été intelligent de mettre le plan en couleur au dos de la première page, car le plan existant en page sept, c’est vraiment se moquer du monde ! Pour l'analyser il faut être très fort. Autant ne rien mettre et cela évitera le ridicule… A Augé, tout peut arriver!

Une bonne nouvelle quand même, malgré ce que pense le porte parole du Maire au travers des commentaires, je m’aperçois que ce blog est d’utilité publique  car aujourd’hui on peut lire sur la Ligueure que même les particuliers sont sollicités à l’utilisation de cette salle, alors que pour la consultation de ce projet ces derniers ont été écartés volontairement. Comme quoi !Par contre vous devrez impérativement passer à la caisse, et ça, sans votre avis également...! Moralité. Je vous laisse le choix de l'interprétation...

Ce qui est très surprenant, à l’heure ou je rédige ce bulletin, certains comptes rendus ont disparu du site de la commune (de septembre 2011 on va directement à mars 2012), comme par hasard, et les derniers ne sont toujours pas affichés. Ce sont les documents relatifs à la salle et au lancement des marchés publics. Mais bon ! C’est une habitude dans cette commune de dissimuler les informations; les officielles bien sûr! Entendons-nous bien.

Nous pouvons lire également que le chantier s’est déroulé sans aléas importants. Sauf que,  l’entreprise du gros œuvre est en liquidation judicaire depuis le 26 décembre dernier, alors que tout n’est pas terminé. Pas de panique ! Ce sont les agents communaux qui vont finir le travail (comme par exemple le muret devant le restaurant Bon Accueil, ...), mais je ne crois pas qu’ils travaillent gratuitement et heureusement pour eux d’ailleurs. Le coût supplémentaire (temps, matériaux, etc…) incombe bien évidemment à la commune donc aux contribuables. Ce n’est pas si grave, l’argent coule à flots (enfin, celui des autres…).

Sérieusement, faire appel à une entreprise qui est défaillante juridiquement depuis plus d’un an et financièrement avec les trois derniers exercices comptables affichant des résultats négatifs (tout est contrôlable sur le net), il faut vraiment être inconscient et irresponsable. Entraîner la commune dans un projet financier 1.2 millions d’euros derrière le dos des contribuables dans de telles conditions, excusez-moi mesdames et messieurs les élus (es) vous êtes vraiment irrespectueux de vos administrés.

Ce qui est beaucoup plus grave, il y a au sein du conseil municipal des chefs d’entreprise qui valident ce genre de « magouille » avec l’argent des contribuables, je dis bravo, la honte ne vous étouffe pas!!! J’espère au moins que vous respectez un peu plus vos clients que vous ne respecter les citoyens (qui sont pour certains clients!).

C'est quoi la prochaine irresponsabilité à venir? Il faut vraiment s'attendre à tout avec cette équipe! A Augé, tout peut arriver!

Quatorze entreprises sont intervenues sur le chantier pour un montant s'élevant à 931 147 € ; comme le conseil confond souvent le HT et le TTC, cela arrange bien les affaires de ce dernier. Ceci étant, et comme le site de la commune est dépourvu d’information, on nous raconte bien ce que l’on veut bien nous faire croire uniquement. C’est tellement plus simple d’inscrire une enveloppe globale.

Nous pouvons lire également, qu’il faut y ajouter les dépenses relatives à la maîtrise d’œuvre pour 124 582 €. Ok mais, si l’architecte facture ses honoraires à hauteur de 12.40%, selon la réunion de conseil du 07 mars 2011, la base de calcul est forcément égale au minimum à 1 000 000 d’euros
.
L’assistance au maître d’ouvrage (FSP Poitiers et SETIM Niort) 56 750 €, à ce prix là, il serait intéressant de savoir sur quelle base les honoraires sont réalisées. Mais bon ! Chuuuuuut … !

Le contrôleur technique SOCOTEC, le coordonnateur sécurité (SPS) ASCOR, le géomètre (pas d'info sur son identité), et l’assurance Dommages Ouvrages pour un total de 24 000 €. (Un seul total c’est mieux et cela évite des explications…). Difficile de faire confiance!

Mais il me semble que d’autres acteurs sont absents de la liste ; le bureau d’étude AIS Poitiers, le bureau d’étude ATES Niort, le bureau d’étude ACOUSTEX Niort, le bureau d’étude CEBI Parthenay… mais ces entreprises ne travaillent pas gratuitement, donc à combien se chiffre le montant des prestations ?

Le mur d’une trentaine de mètres derrière la salle, ce sont bien les agents communaux qui ont réalisés les travaux ! Et là aussi il y a un coût ! Ils ne travaillent pas pour la gloire !

Malgré le nombre impressionnant d’acteurs présents sur ce chantier, ils s’aperçoivent huit mois après qu’il faut creuser un puisard et qu’il faut informatiser la gestion électrique/chauffage. Franchement à quoi servent réellement tous ces bureaux d’étude et l’assistance au maître d’ouvrage. Qui paie à votre avis ? On aura certainement d’autres surprises de fin de chantier, non programmées volontairement pour faire du fric...Comme les trois infiltrations d'eau qui se sont produites jusqu'à ce jour! Mais au fait, quel est le classement énergétique de ce bâtiment??? Aucune information.

Quand je pense à la lumière naturelle que possédait la précédente salle, à l'époque au moins les constructeurs étaient en avance avec la générosité de "dame nature". Aujourd'hui on régresse complètement. Avec tous ces bureaux d'étude et compagnie, à Augé notre équipe municipale a vraiment rien compris, elle, elle lutte contre l'exploitation de cette même générosité. Mais non, vous ne rêvez pas, à Augé tout peut arriver!
   
Au 21e siècle en France, on arrive à nous vendre des constructions publiques "multi-activités"et sans fenêtre s'il vous plaît, alors qu'au contraire, notre Ministre Deux Sévrienne se bat pour favoriser à cent pour cent l'énergie naturelle. Le plus ahurissant dans tout ça, on nous vend même un système informatisé pour éviter de trop utiliser  la lumière artificielle. Il faut vraiment avoir une case en moins...Alors le spectacle du Maire et de son groupe sur le respect de l'environnement... ... ...!

Comme pour l’assurance dommages ouvrages (si elle existe vraiment), je pense qu'à mon avis elle ne servira pas à grande chose auprès d'une entreprise qui n’existe plus… Je me pose quand même la question de savoir comment un cabinet d'assurance peut vendre un tel contrat (en milieu de chantier) en fermant les yeux sur l’entreprise du gros œuvre qui se trouve dans une telle situation juridique et financière ! Vers qui l’assureur va se retourner en cas de litige ? Je n’ai jamais vu une assurance se faire enfler de la sorte. C'est assez surprenant et douteux en même temps. Mais à Augé tout peut arriver!

A cela, il faut également ajouter les interventions pour les différents branchements, l’eau, l’électricité, la télécommunication, etc…, le mobilier dans la salle, … tout cela se chiffre à combien ? Etc, etc, etc... Bref, nous ne sommes plus regardant à un ou deux euros  face à la crise actuelle. Et ce ne sont pas les chiffres définitifs, simplement ceux que l'on veut bien nous faire avaler. Attendons la facturation réelle...

Les subventions, je vais d'abord commencer par celle du Conseil Général "Proxima" (41 030 €). C'est une subvention qui date de 2008. Seul document officiel à ce jour actualisé en 2009. Je ne vois pas par quel tour de magie une telle subvention peut être accordée en 2008 alors que tout à débuter en 2011. Voir le lien ci-après:    http://www.deux-sevres.com/deux-sevres/Institutionnel/Lesmissions/Territoire/Appuiauxterritoires.aspx .

La subvention "Europe FEADER" (60 000 €) , sauf mauvaise lecture de ma part, il n'y a pas de trace sur la liste des bénéficiaires de fonds européens en Poitou-Charentes. Voir le lien également ci-après: http://www.europe-en-poitou-charentes.eu/fr/feader/index.html .

Pour les deux autres, la DETR (125 000 €) et le FRIL (100 000 €), aucune trace sur le net. Pour des documents publics cela reste quand même assez surprenant sachant que c'est toujours l'argent des contribuables. Et puis lorsque l'on parcours les dossiers de demande de subventions, on s'aperçoit qu'il faut que certains critères soient respectés et mis en avant, comme la maîtrise de l'énergie, le développement durable, etc... Ce sont des facteurs déclencheurs pour supposer avoir droit à des subventions. A Augé tout peut arriver!

En regardant le restaurant/hôtel du Bon Accueil qui a aujourd'hui une allure proche d'une structure d'époque, donc agréable à regarder, comment les Bâtiments de France ont pu accepter la construction d'une bâtisse d'une telle tristesse et d'une telle laideur, avec ces tôles en zinc. J'ai vu des stabulations à animaux qui ne sont pas plus hideuses. Dans ce blocos, c'est le trou noir! 

Alors franchement, avec une salle comme celle-ci qui n'a rien à voir avec ces critères de sélection, le doute s'installe sur l'honnêteté et le fondée des informations que le maire nous communique sur ces subventions soi disant obtenues...Et c'est exactement comme les 911 312 euros de dépenses d'équipement budgétés en 2009; où sont-ils? Qu'est ce que cela peut bien dissimuler? Toujours pas de réponse!


&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&


Le budget général (prévision), qui n’est autre qu’une photographie d'ensemble sur les dépenses et recettes prévisionnelles, est présenté cette année un peu plus sérieusement que l’année précédente ainsi que celle de 2009, qui n’existait pas du tout, et pour cause... Le budget doit être présenté et voté en équilibre aussi bien pour les dépenses que pour les recettes, en toute sincérité, universalité, unité et annualité.  

L'idéal serait que le compte administratif (réalisation) soit présenté afin de pouvoir juger et de confirmer d'une plus ou moins bonne gestion des affaires communales. Mais ça c’est utopique pour le maire et son équipe.

Je pense que le blog a contraint  en effet à une obligation d’un soupçon d’honnêteté en diffusant cette année le budget chiffré (bulletin de juin). Ceci étant, les budgets de l’assainissement et loueur de fond sont carrément absents. D’ où le constat que la transparence à quand même ses limites dans cette commune et cela n’a rien de surprenant!!! Et c'est toujours l'argent du contribuable.

La salle représente, à  elle seule, 88.31% du montant de l’investissement dans l’espoir de ne pas avoir de mauvaises surprises… . Ce n’est pas une mince affaire qui faut tout de même surveiller de près. La marge de manœuvre pour l’avenir est très réduite. Le changement et la modernisation de la chaufferie (estimé à 125 000 € soit 9.6 % du montant de l'investissement) n'est pas encore validé en référence aux informations qui nous sont communiquées. Pourtant, celle-ci a son importance comparée à la salle,  pour le confort des enfants et des adultes, qu'ils soient en étude ou bien à la garderie.

Mais là, c'est normal ça ne se voit pas du bord de la route, ce n'est pas un sujet intéressant. En tant qu'élu (e), raconter à ses amis:
- Avez-vous remarqué que dans notre commune nous avons changé la chaufferie! Franchement, ça sonne le creux! 

Par contre:
- Avez-vous remarqué que dans notre commune nous avons construit une salle MA! Oui! Ca sonne mieux!... Moralité, le "clinquant" l'emporte sur l'utilité. En revanche, il ne faut surtout pas regarder autour de la place par exemple, au risque de vous salir et vous faire du mal...

Concernant les subventions d’équipement, comme je l’ai déjà évoqué plus haut, il faut cependant rester très prudent, rien n’est encore prouvé…

Pour pouvoir dégager au maximum de l’autofinancement, il faut maitriser et même  réduire les dépenses de fonctionnement. Les recettes de fonctionnement proviennent essentiellement des dotations/subventions et de nos impôts/taxes. 

Comme les recettes de dotations/subventions vont de plus en plus vers le bas, il ne reste plus qu’à imposer d’avantage les contribuables. Que vous le vouliez ou non de toute façon les solutions pour récupérer de l’argent dans les caisses de la commune, augmenter l’imposition ou bien emprunter (qui est une mauvaise solution pour un investissement non prioritaire!!!).

Mais bon, tout le monde sait bien qu’avec l’argent des autres (des contribuables, donc !) tout est permis pour épater la galerie. Ah ! Quelle équipe ! Si elle n’existait  pas, il faudrait l’inventer…A Augé, tout peut arriver!

Une bonne nouvelle également, Madame Morisson va pouvoir se mettre à jour de ses dettes envers la commune concernant son mur de soutènement, avec la vente de son livre. Car voyez-vous, en référence au 2e article du blog en date de mars 2012( source Mairie), et ce jusqu'à preuve du contraire, nous n'avons toujours pas de réponse. En tant qu'habitant de la commune et contribuable, il est tout à fait légitime de savoir ou est investi réellement l'argent de nos impôts. La règle est la même pour tout citoyen? Non?

Pour l'heure, je vais arrêter ici pour le moment car mon clavier est en surchauffe!

Gaëtan BERCÉ



Le recensement... Oui, mais... prudence quand même!
(04 janvier 2013)

Le recensement, c'est un devoir civique, et si comme moi vous ne faîtes pas confiance à l'équipe municipale actuelle, vous avez la toujours possibilité de faire parvenir vos questionnaires directement à l'INSEE sans les remettre à l'agent recenseur et par la même occasion à la mairie. 

C'est tout à fait légal (voir le site de l'INSEE).

Le degré de confidentialité et la notion d'anonymat reste encore un grand mystère dans notre pays. Alors raison de plus pour ne pas alimenter les soirées de nos élus (es) qui se feront un malin plaisir de disséquer les questionnaires de recensement.

Face à un maire et à des conseillers municipaux sérieux , responsables et respectueux des administrés cela ne me poserait aucun problème de déposer mes questionnaires à la mairie.

Même si le code pénal prévoit des sanctions en cas de non respect du secret professionnel, jusqu'à preuve du contraire, la gestion trouble des affaires communales aujourd'hui en est le reflet.
.
Ci-dessous, le message que j'ai adressé à la mairie, exigeant certaines règles sur le déroulement du recensement. La prudence doit demeurée...




Ah! J'oubliais... 

Heureusement que la foire au vin chaud se déroule bientôt, sinon les nids de poule dans la rue de la poste ne seraient toujours pas bouchés...Comme quoi, la sécurité dès qu'il y a un peu plus de monde sur le pavé. Mais bon! Le maire s'investit plus pour les citoyens extérieurs à la commune que pour ces propres administrés...

Gaëtan BERCÉ

(02 janvier 2013)